Sept de ces 131 accidents ont été mortels, selon l’Office national de la chasse et la faune sauvage. Un chiffre en baisse par rapport à la saison précédente.

Un bilan en hausse par rapport à la saison précédente, qui avait connu le chiffre le plus bas jamais enregistré (113). Il reste sous la moyenne des dix dernières années (140), note l’ONCFS​.

C’est un bilan qui repart à la hausse pour les accidents de chasse en France. La dernière saison a vu pas moins de 131 accidents, dont 7 mortels (incluant une victime non chasseur), selon les chiffres communiqués par l’Office national de la chasse et la faune sauvage (ONCFS). L’an dernier, le total était de seulement 113. L’ONCFS pointe l’impact de la chasse au grand gibier et des battues. Ce nombre de 131 accidents sur la période juin 2018-mai 2019 est en hausse par rapport à la saison précédente, qui avait connu le chiffre le plus bas jamais enregistré (113). Il reste sous la moyenne des dix dernières années (140), note l’ONCFS. Selon ce bilan, 65 % des accidents se sont produits lors d’une chasse collective au grand gibier, une proportion qui croît chaque année, « reflétant l’importance grandissante de cette pratique ».

Dans un communiqué de presse du 14 juin, la FNC (Fédération nationale des chasseurs) « se félicite que la baisse structurelle du nombre d’accidents observée depuis près de vingt ans se confirme. Il est même tout à fait remarquable que les 7 morts déplorés cette année constituent le chiffre le plus bas jamais enregistré depuis 1997, année de mise en place de cet observatoire national ».

13 morts l’an dernier

Les accidents étant liés de plus en plus aux « traqueurs » (chargés de rabattre le gibier vers les tireurs), l’ONCFS appelle à « une vigilance accrue lors de l’organisation des battues ». Sur les 132 victimes de ces accidents, 22 n’étaient pas des chasseurs. Le bilan fait état de sept morts (dont un non-chasseur), contre 13 la saison précédente : ce chiffre est le plus bas enregistré depuis la création en 1997 du « réseau national sécurité à la chasse », souligne l’Office. En octobre, un vététiste avait été tué en Haute-Savoie, touché lors d’une battue.

Selon l’ONCFS, « la très grande majorité » des décès est liée à un manquement aux règles élémentaires de sécurité : non-respect de l’angle de sécurité de 30 °, tir sans identification, mauvaise manipulation de l’arme.

Le bilan fait état de sept morts (dont un non-chasseur), contre 13 la saison précédente : ce chiffre est le plus bas enregistré depuis la création en 1997 du « réseau national sécurité à la chasse », souligne l’Office. En octobre, un vététiste avait été tué en Haute-Savoie, touché lors d’une battue. Selon l’ONCFS, « la très grande majorité » des décès est liée à un manquement aux règles élémentaires de sécurité : non-respect de l’angle de sécurité de 30°, tir sans identification, mauvaise manipulation de l’arme.

Pour terminer, nous vous conseiller de stocker votre fusil dans une armoire pour fusil de chasse. Rappelons-le, il survient encore aujourd’hui des accidents domestiques notamment avec des enfants qui prennent le fusil comme un jouet.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.